Rugby à XV – Aude : Dix ans plus tard, Pierre-Emmanuel Garcia rechausse les crampons

Le milieu de terrain, qui a évolué au RCN, Clermont ou Castres, a passé une licence d’entraîneur-joueur au Bassin Sud Minervois (région 3), où il a débuté il y a plus de 30 ans… C’est l’histoire de Pierre-Emmanuel Garcia.

Pierre-Emmanuel Garcia – 39 ans – est un homme réservé qui n’apprécie pas vraiment de se mettre en avant. Nous avons dû le convaincre d’autoriser cette interview dans notre titre. D’ailleurs, il recevait cette rencontre surtout pour parler des autres. Au cours de la conversation, il mentionnera notamment Jeannot Curveiller et Xavier Camps, ses deux premiers entraîneurs au Racing, Claude Griffoul et Jean-Marie Vaissière qui l’ont accompagné en tant que cadets, Marc Ripert et Jean Bonhoure, ses entraîneurs juniors, Vidal et Pineda, ses entraîneurs. à Crabos. Il parlera de Christian Arthozoul, l’emblématique président du GAOB – club où il a pris sa première licence et dont il porte à nouveau les couleurs (Bassin Sud Minervois en Régional 3) -, Roger Buada qui l’a formé au GAOB en moins de 12 ans. ans, et qui entraîne désormais son fils, Matias, dans la même catégorie toujours au GAOB… “Je peux penser à tant de gens, mais je ne peux pas tous les nommer et je m’en excuse”, s’est-il empressé d’expliquer. Pierre-Emmanuel Garcia est comme ça : reconnaissant.

Lire Aussi :  La saison 2 d'eISL débutera en 2023 en association avec EA Sports

128 sur 14 matchs TOP et 25 matchs H Cup

Pourtant, l’homme, qui compte cinq sélections avec l’équipe d’Espagne (ses parents sont nés en Espagne) et qui a évolué avec les Barbares, aurait tout à fait le droit d’être fier de son très beau parcours : 128 matchs en Top 14 et 25 en H -Coupe. “Je n’en ai pas honte, au contraire, j’en suis même fier, mais je n’ai pas joué depuis longtemps…” Dix ans exactement que Pierre-Emmanuel Garcia a mis fin à sa carrière professionnelle. Il était à Castres après une grave blessure aux cervicales à l’âge de 29 ans.

Relation amicale

Le rugby, discipline également pratiquée par son père, Manuel, Pierre-Emmanuel a commencé à jouer à l’âge de 7-8 ans au GAOB. “A l’époque, je me souviens que je suivais mes copains. Et en fait, si cette année, j’y prenais une licence, c’était fermer le lien avec mes potes, Tanguy Fabre, Jérôme Gigols, Maxime Gleizes, Bertrand Artero.” Avec Tanguy , on essaie de convaincre les trois derniers de nous rejoindre… Pour moi, le rugby c’est l’amitié.” Si Pierre-Emanuel a décidé de replonger cette saison, c’est aussi parce qu’il est joueur-entraîneur et que ce qu’il fait vraiment, c’est coacher. “Je m’entraîne pour accompagner Félix Delaunay (trois quarts), Perez, Vialette et Mestre. De toute façon, il ne fait aucun doute à mes yeux que c’est ma dernière saison en tant que joueur.”

Et sur le terrain – si cela fait dix ans qu’il n’a pas repoussé une pelouse – Pierre-Emmanuel Garcia est toujours chez lui. “Je n’ai pas la prétention de traverser le terrain avec le ballon, j’ai l’âge que j’ai, mais dans ma tête, j’ai le sentiment de n’avoir jamais arrêté de jouer au rugby.” Il faut dire que l’enfant du pays, qui s’est tourné vers l’immobilier, a gardé la forme. Pendant dix ans, il a boxé, suivi… Il y a trois ans, il avait failli prendre une licence à Canet-d’Aude, finalement, ce n’était pas fait. “J’aime beaucoup le président de Canet, Walter Langlade”, il note.

Clermont-Ferrand ? Si c’était à refaire, je le referais dix fois

Il a joué pour le Racing Club Narbonnais, en équipe première de 2002 à 2005, notamment sous les ordres d’Alain Texidor, avec les Hill, Balue, Rosalen ou encore Belzons, à Clermont-Ferrand de 2007 à 2009 et avec qui il a joué en finale du championnat de France perdue face à l’USAP (22-13), et à Castres, il a frôlé les hauteurs de l’ovale. Son départ du Racing pour Clermont ? “Si c’était à refaire, je le referais dix fois. J’y ai rencontré des gens formidables, j’ai des souvenirs exceptionnels… Quand j’y suis, on perd trois finales en trois ans, c’est inexplicable.. Sur le papier, nous étions favoris… Après Castres, j’ai retrouvé l’ambiance de Narbonne, un gros village, mon passage à Clermont m’a le plus marqué… A Clermont, mon meilleur ami était Gonzalo Canale, nous avons presque vécu ensemble, au moins au même étage. Quel plaisir… nous sommes restés en contact.”

Désormais, son principal projet sportif est le transfert. Pierre-Emmanuel Garcia, qui n’a jamais oublié sa première formation au GAOB, à Argeliers, et dont les deux aînés – Matias, 10 ans, et Rafaël, 8 ans, jouent au GAOB (Lucas est aussi, 4 ans, encore trop jeune pour sentir le cuir), veut redonner au rugby ce que le rugby lui a donné.

Lire Aussi :  Rétrospective : La dernière victoire de Honda sans Marc Márquez

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button