Le gouvernement surveille le risque d’écoutes depuis des toits de Paris après le rachat de 600 sites de télécommunications

C’est une pratique la plupart du temps inoffensive. Depuis mars, le fonds américain Phoenix Tower International négocie l’acquisition de 1.226 sites de télécommunications en France auprès du groupe d’infrastructures espagnol Celnex. Cependant, Opération Vigilance de contrôle des investissements étrangers et Service d’information stratégique et de sécurité économique, deux bureaux du ministère de l’Économie sont chargés d’instruire les dossiers sensibles.

A lire aussi : Les articles sont réservés à nos abonnés Les opérateurs télécoms se sont isolés de leurs réseaux

Cette acquisition donnera en effet à Phoenix Tower International la clé de près de 600 toits-terrasses répartis dans Paris intramuros, sur lesquels il sera possible d’installer des dispositifs d’écoute tels que des IMSI-catchers, de petits appareils capables d’intercepter toutes les communications électroniques émises par ceux-ci. Téléphone mobile (appels, SMS, trafic Internet, etc.).

Quelques dizaines de sites sont stratégiques, car situés à proximité de ministères, d’administrations, d’ambassades ou du siège de grandes entreprises.

Selon le dirigeant d’un groupe industriel proche du dossier qui a souhaité rester anonyme, les 600 toits-terrasses couvriraient potentiellement 97% de Paris. La plupart de ces sites ne présentent évidemment pas beaucoup d’intérêt. En revanche, plusieurs dizaines d’entre eux sont stratégiques, car situés à proximité de ministères, d’administrations, d’ambassades ou des sièges sociaux de grandes entreprises, notamment en 7E et 8E Quartiers de la capitale.

Lire Aussi :  L'économie thaïlandaise accélère au 3e trimestre

a été demandé par mondeLe ministère de l’Économie, qui est susceptible de s’opposer aux transactions pour des raisons de sécurité nationale, assure que “L’acquisition par Phoenix Tower International d’un toit-terrasse à Paris auprès de Selnex a été suivie de près par l’Etat”.. « Les services de l’État ont travaillé avec la société pour identifier les risques liés à l’utilisation des toits-terrasses en France, pour identifier les mesures à mettre en œuvre pour réduire ces risques et pour préserver les intérêts fondamentaux de conservation et de sécurité nationale »poursuit Bursey, qui ne divulguerait pas la nature des mesures envisagées ni où se situe le dossier d’enquête.

Lire Aussi :  Réchauffement climatique: l'objectif de 1,5°C est mort, alertent des scientifiques - 27/10/2022 à 18:48

hallucinations

Le ministère dit simplement qu’il veut “Garantir l’accès aux sites d’infrastructure inactifs [autrement dit, les toits-terrasses] seront maintenus au même niveau de sécurité [élevé] Garantir l’intégrité des réseaux de communication électronique.. De son côté, la direction de Phoenix Tower International en France n’a pas souhaité communiquer sur le sujet. “Règles de confidentialité associées à ces processus”.

Il vous reste 44,24% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Lire Aussi :  Économie | Électricité : les nouvelles aides aux entreprises présentées dès ce jeudi après-midi

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button